Martin Eden

Cette transposition libre et réussie du roman homonyme de Jack London en Italie est un bijou de nostalgie mêlée à une peinture sociale de l’Italie de l’époque.

On a des doutes sur la temporalité du récit, renforcés par une musique contemporaine, mais peu importe, car le réalisateur y ajoute une dimension poétique avec une photographie et une image granuleuse de la pellicule comme dans les films des années 70.

Luchino Visconti s’invite ici dans ce film très ambitieux, déconcertant et elliptique, mais la poésie qui s’en dégage est absolument renversante, probablement par la grâce de ses deux acteurs principaux, l’italien Luca Marinelli et la française Jessica Cressy, séduisante et solaire.

Un film complexe, intelligent et touchant, qui signe le retour d’un certain cinéma italien, réaliste, romantique et épique. Cela fait du bien ! Un réalisateur à suivre.

Note : 16/20.



Laisser un commentaire