Ceux qui travaillent

Ce film tel un reportage fouillé montre le monde impitoyable et froid du travail dans les entreprises du secteur tertiaire où l’individu est un rouage sans importance.

Sans vraiment prendre partie, nous ne sommes pas dans un film militant, ce premier film décortique avec brio et rigueur les rouages cupides des entreprises. Olivier Gourmet montre encore une fois son talent avec une interprétation extraordinaire, glaçante d’un bourgeois père de famille qui progressivement perd pied suite à une prise de décision qui le condamne.

Le cadre idyllique de la Suisse, pays à l’opulence agressive renforce ce sentiment de basculement de perte des valeurs et aborde l’aliénation sociale avec une gravité renforcée.

La dernière scène familiale dépeint avec brio ce sentiment de solitude absolue.

Absence de musique et longs silences pour une mise en scène et des interprétations glaçantes faites de violence sourde, ce premier film est efficace et réussi.

15/20.



Laisser un commentaire