Étiquette : Antonio de la Torre

Par Jean-Christophe Hadamar

Une vie secrète

Espagne, 1936. Higinio, partisan républicain, voit sa vie menacée par l’arrivée des troupes franquistes.

Avec l’aide de sa femme Rosa, il décide de se cacher dans leur propre maison. La crainte des représailles et l’amour qu’ils éprouvent l’un pour l’autre condamnent le couple à la captivité.

Film espagnol de Jon Garaño, Aitor Arregi et José Mari Goenaga, sorti en France le 28 octobre prochain, avec Antonio de la Torre, Belén Cuesta et Vicente Vergara.

LIRE LA CRITIQUE

Par Jean-Christophe Hadamar

Compañeros

En 1973, l’Uruguay bascule en pleine dictature. Trois opposants politiques sont secrètement emprisonnés par le nouveau pouvoir militaire.
Jetés dans de petites cellules, on leur interdit de parler, de voir, de manger ou de dormir.
Au fur et à mesure que leurs corps et leurs esprits sont poussés aux limites du supportable, les trois otages mènent une lutte existentielle pour échapper à une terrible réalité qui les condamne à la folie.

Film uruguayen de Alvaro Brechner, sorti en France le 27 mars 2019 avec Antonio de la Torre, Chino Darín et Alfonso Tort.

LIRE LA CRITIQUE

Par Jean-Christophe Hadamar

Abracadabra

Carmen est mariée à Carlos, un conducteur de grue macho, fan de foot, qui ne lui prête plus guère attention.
Après une séance d’hypnose dont il est le cobaye pendant un mariage, Carlos devient le parfait époux.
Quelque chose a changé !

Film franco-espagnol de Pablo Berger, sorti en France le 4 avril 2018, avec Maribel Verdú, Antonio de la Torre et José Mota.

LIRE LA CRITIQUE

Par Jean-Christophe Hadamar

Que dios nos pardone

Plongée en pleine crise économique, la ville de Madrid, est confrontée à l’émergence du mouvement des « indignés » l’été 2011 et à la visite imminente du Pape Benoît XVI.
C’est dans ce contexte hyper-tendu que l’improbable binôme que forment Alfaro et Velarde se retrouve en charge de l’enquête sur un serial-killer d’un genre bien particulier.
Les deux inspecteurs, sous pression, sont de surcroît contraints d’agir dans la plus grande discrétion…

Film espagnol de Rodrigo Sorogoyen, sorti en France le 9 Août 2017, avec Antonio de la Torre, Roberto Álamo, Javier Pereira et Raúl Prieto.

LIRE LA CRITIQUE

Par Jean-Christophe Hadamar

La colère d’un homme patient

Un homme attend huit ans pour se venger d’un crime que tout le monde a oublié.
Madrid, été 2007. Curro est le seul à avoir été arrêté après le braquage sanglant d’une bijouterie. Il conduisait la voiture des malfaiteurs et ça lui a coûté 8 ans de prison. La victime était l’amoureuse de José, le fils du propriétaire de la bijouterie.
Avec les images de la vidéo-surveillance et l’assistance involontaire de Curro, José va remonter la piste qui mène aux assassins.

Film espagnol de Raúl Arévalo, sorti en France le 26 avril 2017 avec Antonio de la Torre, Luis Callejo, Ruth Diaz, Manolo Solo et Alicia Rubio.

LIRE LA CRITIQUE

Par Jean-Christophe Hadamar

La isla minima

Deux flics que tout oppose, dans l’Espagne post-franquiste des années 1980, sont envoyés dans une petite ville d’Andalousie pour enquêter sur l’assassinat sauvage de deux adolescentes pendant les fêtes locales.
Au coeur des marécages de cette région encore ancrée dans le passé, parfois jusqu’à l’absurde et où règne la loi du silence, ils vont devoir surmonter leurs différences pour démasquer le tueur.

Film espagnol de Alberto Rodriguez, sorti en France le 15 juillet 2015, avec Raúl Arévalo, Javier Gutiérrez, Antonio de la Torre, Salva Reina et Jesus Castro.

LIRE LA CRITIQUE

Par Jean-Christophe Hadamar

Les amants passagers

Les passagers pensent vivre leurs dernières heures à bord d’un avion à destination de Mexico.
La vulnérabilité face au danger provoque une catharsis générale qui devient le meilleur moyen d’échapper à l’idée de la mort.
Sur fond de comédie débridée et morale, tous ces personnages passent le temps en faisant des aveux inattendus qui les aident à oublier l’angoisse du moment.

Film espagnol de Pedro Almodovar, sorti en France le 27 mars 2013, avec Carlos Arecès, Raul Arevalo, Javier Cámara, Antonio de la Torre et Lola Dueñas.

LIRE LA CRITIQUE