Les crevettes pailletées

On peut voir ce film, dont on reste partagé, de deux façons.

Côté cinématographie, c’est une avalanche de clichés avec des personnages stéréotypés, censés représentés la diversité gay, c’est un film parfois vulgaire et lourd, un scénario au rouage facile et convenu, bref, rien d’original sous le soleil de Split en Croatie, lieu de la finale de water-polo.

Mais aussi c’est un film qui dégage une certaine énergie, avec des moments d’élan sincère, de nostalgie et de désespoir. C’est aussi une description rigoureuse d’une discipline qui demande beaucoup, et la preuve que le sport peut être un moment de rassemblement et de solidarité.

Accompagné d’une musique qui pulse, le film oscille entre clichés et description incomplète de personnages, mais avec une énergie désinhibée et sincère qui sauve la mise.

Note : 13/20



Laisser un commentaire