La favorite

Après l’énigmatique « The Lobster » et le glaçant « Mise à mort du cerf sacré », le réalisateur d’origine grec Yorgos Lanthimos s’essaie avec succès à la farce historique perverse.

Portée par un trio de femmes aux interprétations absolument bluffantes, on ne peut que saluer le travail de l’image, de reconstitution des décors et costumes avec ce côté décalé et irrévérencieux anachronique et séduisant.

Mêlant perversité et jeux de pouvoir, la description de la cour royale se fait dans un délire féroce particulièrement jubilatoire grâce à une mise en scène inventive, un montage original et des dialogues acides.

Sophistiquée, féminine, baroque et décadente, cette production est d’un anti conformisme joyeux et pervers. Bref, un vrai plaisir !

Note : 15/20



Laisser un commentaire