Pupille

Le cinéma français marque encore des points cette semaine.
Peu fréquent au cinéma, le parcours de l’adoption est ici traité avec un regard précis, chronologique et détaillé, presque comme un documentaire.
Mais nous sommes en présence d’une très belle fiction, par les jeux des acteurs tout en retenue et délicatesse, échange de regards, dialogues à-propos et vulnérabilité des personnages qui révèlent les dessous d’une administration présentée ici comme humaine et bienveillante.
Enfin, l’homme à la tête de la famille d’accueil, interprété tout en finesse par Gilles Lellouche, se montre ici sous un aspect très intéressant, en illustrant la compétence et la douceur masculine auprès de jeunes enfants, très rarement montrées au cinéma.
On apprend plein de choses dans ce film qui, en plus de montrer la difficulté d’être parent, est un havre de douceur, d’écoute et de sincérité qui font du bien. On vous le conseille car il risque de vous bouleverser.

Note : 16/20



Laisser un commentaire