Les filles du soleil

Descendue par la critique durant la compétition de Cannes, cette production présente des qualités qui ont été éludées par la plupart des journalistes et médias.
Film généreux et romanesque, il montre le quotidien des femmes dans le Kurdistan irakien, et n’est pas un film de guerre.
En effet, les scènes de combats sont relativement modestes car nous sommes en présence d’une guérilla et non d’un conflit classique.
C’est le quotidien des femmes qui est décrit dans ce film sous la forme de longs flash-backs, le bonheur en famille, la violence insoutenable des intégristes, et l’engagement de ces femmes dans une forme de résistance qui n’ont plus rien à perdre.
A ce titre, il faut saluer le travail de recherche et d’information sur le conflit complexe du Kurdistan et pour lequel les pays européens n’ont pas montré une solidarité exemplaire.
L’actrice iranienne Golshifteh Farahani montre encore une fois ses qualités avec une interprétation tragique absolument renversante, portée par de très beaux textes.
Un film hors du commun, un film où les femmes sont en première ligne contre la tyrannie et l’obscurantisme et qui montre à tous un exemple de solidarité exemplaire. Il est à ce titre universel.

Note : 15/20.



Laisser un commentaire