Ma fille

Avec cette libre adaptation du roman de Bernard Clavel, le voyage du père, la cinéaste Naidra Ayadi, par ailleurs actrice, signe ici un premier film pudique et sensible.
Tourné principalement la nuit, un père, taiseux, découvre le monde des clubs et boites de nuit de la capitale avec ses codes, loin des valeurs qu’il pensait avoir enseigné à ses filles.
Film sur la paternité et la juxtaposition de deux cultures, Roschdy Zem joue ici le rôle d’un père blessé qui découvre progressivement la double vie de sa fille ainée avec une discrétion et une délicatesse rarement vues au cinéma.
On voit progressivement le trouble s’installer, et l’homme passer de la naïveté à l’inquiétude, ce qui donne de la densité au récit.
Il y manque juste une énergie et un dénouement plus structuré pour en faire un film exceptionnel.
Filmé avec justesse et émotion, Ma fille est une très agréable surprise grâce à un production maitrisée et des interprétations sensibles.

Note : 15/20



Laisser un commentaire