Blackkklansmann – J’ai infiltré le Ku Ku Klux Klan

Depuis plus de 20 ans, Spike Lee continue à témoigner sur la condition des noirs aux Etats-Unis mais ici il se perd dans une légèreté caricaturale qui nuit au discours.
Pourquoi en effet, cette légèreté dans les attitudes et dialogues, voire cette désinvolture qui nuit au discours et le rend inefficace.
De plus, le film par sa mise en scène rend les personnages anecdotiques et sans émotions.
Entre documentaire et comédie moralisatrice, la mise en scène hésite, la déception est grande pour un sujet qui aurait mérité plus de rigueur et de dramaturgie.

Note : 13/20.



Laisser un commentaire