Fleuve noir

Malgré des interprétations plutôt réussies, on sort déçu de ce polar au scénario bancal et à la mise en scène maladroite.
Ce qui ressort le plus est le côté malsain de ce film, avec un voyeurisme éprouvé et gratuit, une image quelconque et des dialogues maladroits qui ne relèvent pas le niveau et laissent un goût amer.
De plus la confrontation entre le flic désabusé, joué par Cassel et le psychopathe interprété par Duris n’a pas lieu, rendant le film encore plus improbable.
On regrette du même réalisateur « la vie rêvée des anges » qui décrivait avec réalisme et conviction la jeunesse de la fin des années 90.
Il reste une accumulation clichés jusqu’au twist final improbable, le malaise ressenti par le spectateur n’est pas celui de l’enquête mais bien d’un scénario maladroit et névrotique.

Note : 12/20.



Laisser un commentaire