La promesse de l’aube

Film romanesque d’un roman au souffle romanesque, l’année 2018 démarre de manière réussie par une promesse bien tenue.
Drôle, tendu, un peu sage sans être académique, avec une restitution soignée un poil trop marquée laissant peu de place à l’improvisation, un fils affronte une mère abusive, traverse l’Europe et la guerre.
Pierre Niney est ici parfait dans le rôle du fils soumis mais en même temps fascinée par sa mère, interprétée par une Charlotte Gainsbourg habitée et fiévreuse.
Une beauté du film qui tient pas sa tension, la tendresse qui se dégage des personnages et une mise en scène qui fait le job !

Note : 15/20.



Laisser un commentaire