Un beau soleil intérieur

Promenade ennuyeuse au milieu de gens riches, blasés et tristes, le dernier film de Claire Denis au casting exceptionnel est un cas réellement intéressant : c’est un film sans scénario où la solitude est le personnage central.

Ce film de rencontres médiocres et décrivant admirablement bien les solitudes des quartiers bourgeois de la grande ville, ne décolle jamais malgré les interprétations de Juliette Binoche qui arrive néanmoins à nous sensibiliser et nous toucher.

Elle a en face d’elle une gente masculine montrée de manière totalement négative, les hommes sont ici sans exception futiles, laids, cyniques, médiocres et vulgaires.
Les dialogues mous, improvisés et au ras des pâquerettes ne rehaussent pas un ensemble qui décrit très bien une certaine agonie de l’amour.

Un portrait de femme sensible dans un no man’s land affectif cruel.
On pourra voir le film pour Juliette Binoche, qui sauve le film, mais c’est tout.

Note : 12/20.



Laisser un commentaire