Dans les forêts de Sibérie

Ce récit existentiel est une surprise car il offre au spectateur une expérience originale, loin des clichés des iles désertes paradisiaques ou des forêts tropicales infestées de dangers.
Le froid et la glace en sont les principaux acteurs de cette épopée sans prétention.
Le personnage interprété par Raphael Personnaz est modeste, découvre un monde dur où les dangers ne sont pas forcément là où on les attend.
Une rencontre au bout du monde va modifier une expérience prévue pour être d’abord celle de la contemplation et de la solitude avec une mise en scène modeste. Le discours est un peu simple, la musique parfois un trop envahissante mais on est emporté par les paysages et la lumière de cette région du monde, la Sibérie, peu connue et représentée au cinéma.

Un lent et modeste voyage aux pays de la solitude et de l’amitié.

Note : 12/20



Laisser un commentaire