Belles familles

Si le genre n’existait pas, Jean-Paul Rappeneau l’a inventé: la comédie de boulevard au cinéma.
En effet, le film repose sur de petites scènes convenues, certes dynamiques et enjouées mais dont l’élan dramatique tombe à plat malgré un riche casting français.
Les interprétations restent en effet très convenues et tout ce petit monde en fait beaucoup trop (cabots dit-on !), le soufflé retombe très vite.
Où voulait en venir le réalisateur ? On se perd dans ce dédale de saynètes parfois mal jouées, ridicules ou peu crédibles (Mathieu Amalric dans les bras de Marine Vacth (!), sans lien entre elles si ce n’est qu’elles prennent souche au sein d’une famille vraiment très caricaturée.
Une comédie poussive pour un film vieillot. On peut éviter.

Note 11/20.



Laisser un commentaire